Archive pour novembre 2008

21 novembre !

Samedi 15 novembre 2008


Nouveauté d’automne

Vendredi 14 novembre 2008

S’il est formellement interdit d’utiliser le mot ch……e pour définir un vin mousseux et une élaboration qui ne se fait pas dans la région de ch……e, il n’est heureusement pas interdit -  mais obligatoire ! - que vous dégustassiez notre nouveau vin… mousseux. En effet, après le triomphe de notre blanc de blanc (assemblage de 90% de sauvignon  et de 10 % de chardonnay), inégalé dans la région de ch……e,  nous avons pensé à vous, Mesdames. Et uniquement pour vous, nous avons vinifié un vin rosé issu d’un Syrah. Comme notre blanc de blancs, ce nouveau mousseux a été élaboré à l’identique des plus grands vins de cette mystérieuse région française que nous n’osons nommer. Une robe d’un rose unique et un parfum de «bonbon anglais»qui  vous feront voyager dans les textes d’ Edmond Rostand.

 - Soyez Gentilhomme, Monsieur ! En ces veilles de fêtes, déliez ma foi votre bourse et faites bonne figure… Offrez à Madame quelques bouteilles de «Cyrano» !

Lorsque votre promise en dégustera la première flûte, elle en restera muette. Tant de bulles minuscules qui l’émoustillent, quel charme ! Gentilshommes et damoiselles, venez découvrir ce nouveau mousseux lors de notre dégustation du 21 novembre à Savuit / Lutry.

 Autres nouveautés de cette collection «automne-hiver», pour les amoureux, pour les  repas à deux, ou seul, nous avons mis en bouteilles du pinot noir «L’Arche» 2007 en bouteilles de 35cl. Nous avons fait de même avec l’assemblage (merlot-cabernet-syrah-ancellota-grenache-tanna) baptisé «Amici Miei» (Mes Chers Amis), dont l’étiquette écrite en italien vous fera  rêver à la «Comedia dell’Arte».

Cet hiver, partez moins loin ! Voyagez avec les vins de votre vigneron, il est juste à côté de chez vous…

 


Dame nature et Vendanges 2008

Vendredi 14 novembre 2008

Déjà les vignes ont pris leur manteau d’automne et leur couverture d’hiver. Une fois de plus, le vigneron peut contempler son travail avec satisfaction. Le raisin de cette année fut une poésie et la météo des vendanges un livre de bonheur. Que du soleil pendant la récolte, une exaltation de la nature ! Le sentiment d’avoir un saint protecteur du travailleur de la terre. La chance était avec nous. Merci Madame Nature, merci pour votre générosité, votre accueil et vos dons multiples. Lorsque vous vous mettez en colère, l’homme de la terre tremble devant vous. Mais lorsque vous sortez votre plus belle robe…, vous êtes, Madame, d’une beauté que je n’arriverai pas à décrire ici. Je m’incline devant vous et je vous laisse passer votre chemin. Sereinement, je regarde votre œuvre, je m’assieds sur le mur, j’écoute votre murmure, je contemple vos yeux, j’admire votre chevelure majestueuse, je me laisse envahir par votre souffle, je jubile de vous aimer…

Les vendanges de cette année resteront dans notre mémoire de vigneron. Il ne tient qu’à nous maintenant de vous rendre hommage, Madame. Le vin de cette année devra être grandiose. Il engendrera débats, rires, exaltation, exclamations, amour et passion. La vendange 2008 est LA vendange du siècle. Réjouissez-vous, amis du vin, vous serez surpris, vraiment !


Mathilde et Yves Gangloff

Vendredi 14 novembre 2008

Au sud de Lyon, dans la vallée du Rhône, juste après la zone industrielle surdimensionnée qui longe l’autoroute A7, on ne se doute pas que l’on peut découvrir l’un des plus incroyables vignobles de France. Sur la rive droite, au pied du massif du Pilat, les terrasses nombreuses et étroites abritent un cépage unique, le Viognier.
Et c’est à Condrieu même que nous avons rencontré le vigneron Yves Gangloff. Avec sa femme Mathilde, ils cultivent et vinifient l’un des plus grands vins de cette appellation. Ce vin blanc est d’une complexité surprenante. Des notes de fruits secs, d’abricot, de pêche accompagnent d’autres parfums de violette et de miel. En bouche, on trouve un équilibre parfait entre l’acidité et la rondeur du vin. Une sensation suave, marquée par le gras et la richesse, c’est une particularité inimitable de ce Condrieu.

Ils nous proposent également sur l’appellation voisine de Côte-Rôtie deux Syrah. L’un de jeunes vignes : La Barbarine au nez de fruits rouges de cassis et de myrtille. Très élégant et soyeux avec des tannins puissants. Et l’autre, La Sereine Noire, avec une robe très sombre qui  confirme la maturité de la vigne. Une grande concentration au nez, des notes de réglisse, de cacao et de fumé suivi de fruits cuits  ou confits. En bouche, c’est exceptionnel ! Une richesse, un velouté, un charme incomparables. Une finale incroyablement longue et des superbes tannins.

Leurs vins sont simplement des merveilles. Nous sommes heureux de pouvoir vous les proposer, mais seulement en quantité limitée. Certes, les prix sont élevés, mais ces vins sont simplement inoubliables.    


« L’œnologie, c’est de la foutaise, je n’y crois plus »

Vendredi 14 novembre 2008

… dit un ancien professeur d’œnologie de Montpellier à l’un de ses anciens élèves.

“Comment ça ?” dit l’ancien élève.

“J’aime le vin.” dit-il “Les terroirs et ses vignerons. Ils n’ont pas besoin de l’œnologie pour exister. Aujourd’hui, elle ne sert plus l’idée que je me fais du vin. Elle sert l’industrialisation de vins, elle permet de faire un vin buvable avec une matière première dégueulasse. On peut aujourd’hui, grâce à la technologie, planter de la vigne n’importe où sur la planète et grâce à des recettes et des procédés de fabrication, élaborer un breuvage hydro-alcoolique que l’on continue à appeler “vin”. Un mot pour deux produits qui n’ont plus rien à voir.”

 C’est depuis quelque temps déjà le discours que l’on peut surprendre de plus en plus de la part de producteurs et de personnes du métier. Un engagement clair et convaincu de créer une différence fondamentale entre le vin, le vrai, fait avec conviction et engagement, avec le respect de la vigne, de la plante et de celui qui le boit, et des breuvages fabriqués, assemblés, boostés aux produits œnologiques, aux enzymes aux copeaux (si, si, les vino-copo, c’est « pour de faux »), thermorégulés à outrance et microbullés à l’oxygène, surfiltrés, concentrés, corrigés et standardisés.

 Depuis longtemps déjà, nous travaillons dans ce sens – le premier ! - pour les vins de Nicolas. Des vins qui sont très proches du raisin, des vins que l’on laisse se faire par eux-mêmes. Cela commence dès le travail de la vigne. Si les traitements chimiques sont encore utilisés contre le mildiou et l’oïdium, les herbicides auront bientôt disparu. Les vignes ont déjà retrouvé une flore et une faune importantes. Puis c’est au tour des vendanges, le raisin est amené à la cave par caissettes d’une quinzaine de kilos. Il reste entier sans s’abîmer. Le pressurage se fait dans des conditions parfaites. Nous retrouvons des moûts très proches des anciens pressoirs à palanche grâce à un pressoir pneumatique avec lequel nous pouvons, pour toutes les spécialités blanches, presser en raisins ronds. Le pressurage est long, plus de quatre heures, mais au final, nous avons des moûts sans bourbe que nous n’avons besoin de traiter, sauf un peu de soufre avec un dosage minimum, juste le temps de les transporter dans la cave de fermentation à Savuit. Ils sont ensuite levurés et la fermentation alcoolique se déroule dans les nouvelles barriques de chêne suisse, choisies avec notre tonnelier préféré. Sans climatisation, la fermentation se déroule d’elle-même. Avec parfois des pointes de températures à 25°C. Puis nous maintenons la cave à une température de 18°C pour le déroulement de la seconde fermentation avec des bâtonnages réguliers. Le chêne laisse passer l’oxygène de manière naturelle pour que le vin évolue lentement. Dès que cette fermentation est finie, nous ouvrons les portes de la cave. Le froid de l’hiver stabilise alors les vins doucement jusqu’à 3 ou 4°C. Puis, au printemps, peu avant leurs mise en bouteilles, ils sont souvent transvasés pour la première fois et, pour quelques-uns, filtrés grossièrement, juste de quoi les rendre limpides et exempts de lie. Mais surtout, ils sont vivants, ils ont leurs bons comme de moins bons jours. Des fois fatigués et d’autres chaleureux et expressifs. On retrouve les parfums des vendanges, le raisin qu’on a goûté, le moment est grand !

 Mais comment vous transmettre cela ? Si ce n’est en le partageant avec vous, en essayant de vous faire déguster ces vins au bon moment.

De la même façon, nous avons rencontré les vignerons que nous représentons. Nous avons été séduits par leur démarche, leur recherche d’une idée du vin, la leur surtout. Souvent, ils sont hors des sentiers battus,  des schémas types et des cours d’œnologie. Ils recherchent l’identité de leur vins et de ce qu’ils ont envie de partager. Souvent, cela fait frémir des collègues habitués à la sécurité d’un produit à commercialiser. On nous prend pour des fous, des illuminés. Mais je suis sûr que cela vous enchante de découvrir de tels vins. 

 Je n’aimerais surtout pas prôner un discours réactionnaire et faire “à l’ancienne” avec des “c’était mieux avant”, mais bien plutôt revenir à des valeurs simples et vraies. Comme passer un moment entre amis, déguster un vin sans se prendre la tête. Juste un vrai vin, de la vraie économie… et de la vraie vie.

 Le 25 septembre dernier, Daniel Mermet, dans son émission “Là-bas si j’y suis” sur France- Inter, a développé cette idée de valeur et de partage en finissant sur cette phrase : “Boire du vin, c’est boire du pays”. Ecoutez-là sur son site internet : www.la-bas.org

Vous y entendrez aussi la chanson de Gilbert Lafaille, chansonnier proche de l’esprit de Léo Férré. Et quand on sait où ce dernier à fini sereinement sa vie, c’est avec un grand respect que nous boirons ensemble un Chianti Classico plutôt avec que san(s) donatino…

                                                                      Pierre-Alain Dutoit

 

Moi j’aime pas les vins chers
ceux qui s’vendent aux enchères
et partent en Amérique
ceux qui font des manières
entre la sole meunière
et les fruits exotiques

Moi j’aime les vins canaille
ceux qu’ont jamais d’médaille
aux concours agricoles
qui sont nés sur la paille
qu’ont les ch’veux en bataille
ceux qu’ont pas fait l’école

Celui qu’on boit comme ça
sans faire de tralala
c’ui qu’a pas d’étiquette
qu’ s’prend pas au sérieux
qu’en met pas plein les yeux
qu’est tout nu sans liquette

Moi j’aime c’ui qu’est bien rond
qui joue pas les barons
mais qui donne son soleil
pas les grands millésimes
les vieux crus rarissimes
qui vous chauffent les oreilles

Ah c’qui sont pas vulgaires
ceux qu’ont passé la guerre
à l’abri dans les caves
ceux qu’on peut pas toucher
qui doivent rester couchés
qui nous prennent pour des caves

Moi c’est l’rouge pas farouche
qui roule bien dans la bouche
ni trop mou, ni trop vert
c’ui des bois et charbons
qu’a pas le nez bourbon
mais fait chanter les verres.

                                                  Gilbert Lafaille